Fabuleux bestiaire



Christian Deydier, au fil de ses voyages et de ses rencontres, a réuni un fabuleux bestiaire, reflétant le rôle important que jouaient les animaux dans la vie quotidienne, et dans l’imaginaire des chinois.
L’ensemble présenté réunit aussi bien des animaux domestiques, dont les chinois aimaient orner les chambres funéraires,         que des bêtes mythologiques aux pouvoirs protecteurs, chargées de repousser les mauvais esprits.
 
 
Les Mingqi, histoire et fonction
La célèbre armée de terre de l’empereur Qin Shi Huangdi, découverte dans les environs de Xi’An en 1974 marqua un tournant important dans les traditions funéraires en Chine Ancienne. Le premier empereur de Chine Qin Shi Huangdi, qui unifia les pays et l’écriture, passa une grande partie de sa vie à élaborer un gigantesque mausolée, véritable palais souterrain, destiné à l’accueillir après sa mort. La tombe de Qin Shi Huangdi fut une découverte archéologique majeure. Les fosses d’accompagnement ne livrèrent pas les restes d’êtres humains sacrifiés pour accompagner leur maître dans la mort, comme il était coutume de le faire. En lieu et place des serviteurs et animaux traditionnellement sacrifiés, on découvrit une extraordinaire armée de terre cuite. La pratique des sacrifices humains disparut définitivement sous les Han, remplacée par les représentations en terres cuites ou en bois, les Mingqi, littéralement « objets de lumière » destinés à accompagner le défunt dans la mort. La généralisation de cette pratique est étroitement liée au développement à la même époque, de la théorie selon laquelle l’homme possède deux âmes : une âme Hun, constituée de souffles spirituels et une âme Po, constituée des éléments sensitifs et corporels. Un évanouissement est expliqué par la disparition momentanée de l’âme Hun. Après la mort, les deux âmes se séparent, l’âme céleste Hun s’élève vers le ciel, tandis que l’âme terrestre Po s’enfonce dans la terre. Les esprits de l’âme terrestre sont alors susceptibles de venir tourmenter les vivants, aussi est-il important de les maintenir dans la tombe du défunt. Pour ce faire il est essentiel que les esprits Po aient l’impression d’être toujours dans leur cadre quotidien à l’intérieur de la tombe. C’est ainsi que se généralisa un abondant mobilier funéraire, représentation miniature de l’entourage du défunt : orchestres, danseuses, serviteurs, armée, mais aussi de nombreux animaux domestiques, chiens, chèvres, moutons, vaches, coqs… A ces animaux domestiques s’ajoutent certaines créatures mythologiques destinées à protéger l’âme du défunt et à chasser les mauvais esprits : Gardiens de la terre, chimères (bixie) ou représentations des animaux du zodiaque. La variété des animaux, l’évolution de leur représentation à travers les époques, ainsi que la diversité des techniques employées, nous offrent un bestiaire d’une grande richesse, une véritable galerie de portraits, du plus cocasse au plus réaliste.


Lapins en terre cuite à traces de polychromie

Lapins en terre cuite à traces de polychromie

Chine, dynastie des Han
2ème siècle après JC
Hauteur : de 11 à 17 cm