Arrow
Arrow
Slider

A l’écart des modes passagères la galerie Arnoux s’est donné, il y a 31 ans, une double vocation et, dès 2017, le défi d’un nouvel élan :

• Sa vocation essentielle est de faire découvrir ou redécouvrir les avant-gardes abstraites des années 50.

Elle se consacre donc surtout à des expositions ou rétrospectives de peintres ou sculpteurs de cette période, le plus souvent en exclusivité, dont elle soutient le travail à long terme.

Mais elle est également présente dans le « second marché » en acquérant des œuvres d’artistes connus comme, par exemple, R. Bissière, A. Manessier, G. Singier, G. Schneider ou L. Zack…

L’abstraction des années 50, l’un des principaux mouvements d’avant-garde du 20e siècle, commence enfin à prendre une place méritée auprès des collectionneurs avertis, heureux de trouver à la galerie des œuvres historiques à des conditions financières encore abordables.

La plupart de ses expositions illustrent bien cette période clé, d’une effervescence créative exceptionnelle, où les artistes avaient, à juste titre, le sentiment de révolutionner le langage pictural.

• La seconde vocation de la galerie est de promouvoir des artistes contemporains dont l’expression originale ou novatrice se distingue clairement de celles des années 50. Parmi eux Y. Guérin, M. Kanno, H. Hommes, M. Modica…

• Enfin, la galerie s’engage dans un nouvel élan ; ce renouveau se traduit notamment, dès 2017, par un enrichissement de l’offre dû à des expositions de nouveaux artistes, peintres, sculpteurs ou photographes, mais aussi à un renforcement des acquisitions d’œuvres importantes du « second marché ».

Janvier 2017

expositions